Anca Horga – Dance

. Une danse où je tourne Incessamment Avec ma partenaire, M’accompagnant Depuis qu’elle m’a choqué, Déclancher une dépendance Que je ne peux pas nier. Sélène est dure, Rocheuse, mais lumineuse, Elle élève mes humeurs; Sa serrure je la sens, S’éloignant peu à peu Chaque an. C’est une danse cosmique, Les autres étoiles nous fixent, Directement, Guardiens ou Guardiennes, Comme Soleil, la mère, Nourrissante ou brûlante, Jupiter, tumultueux, mais gracieux, Le père, le protecteur Contre les astéroïdes menaçants. Avec leur aide, j’ai grandi, Je soupire en variées formes de vie; Soutenues par mon coeur flambant, Ma devise, “Je pense, donc j’existe». … Continúa leyendo Anca Horga – Dance

Barbara Auzou -Etranges d’être intimes

la terre penche distraite soudain je vois ton visage moussu vif dans le vent vert coureur de plaines et de villages ce qui remue dans la rencontre découpe des palmes en plein ciel comme autant de fenêtres maritimes nous aurons des matins plus calmes disais-tu quand nous aurons bu à pleine bouche notre fraîche suffocation et que les fleurs peut-être se sauront belles de cette beauté inquiète qui mûrit doucement ses signes insensés je vois tes mains soudain étranges d’être intimes je bois dedans ta douceur avec la première goulée d’air comme on boit la dimension habitable du poème et … Continúa leyendo Barbara Auzou -Etranges d’être intimes

Gabriel Grossi – Littérature : les ordinateurs vont-ils dépasser les humains ?

Originalmente publicado en Littérature Portes Ouvertes:
Se pourrait-il que la science-fiction finisse par devenir réalité ? Si les performances des ordinateurs sont bien connues dans les domaines scientifiques et techniques, elles sont moins attendues dans les domaines de la… Continúa leyendo Gabriel Grossi – Littérature : les ordinateurs vont-ils dépasser les humains ?

Gabriel Grossi – A propos de la modernité de Baudelaire

Originalmente publicado en Littérature Portes Ouvertes:
Charles Baudelaire est traditionnellement considéré comme étant «le» poète de la modernité. J’ai donc été un peu surpris, et vivement intéressé, en lisant aujourd’hui un article en ligne du journal Slate, consacré à… Continúa leyendo Gabriel Grossi – A propos de la modernité de Baudelaire

Barbara Auzou – La dame de coeur

Derrière le store journalier au torse bien ingénieux il y a l’eau ce rien de très bleu et le tiède secret de mon coeur pensif comme une fumée qui se prendrait pour une rose il y a ce lien miraculeux entre toute chose fragile et fort comme un chemin pavoisé d’oiseaux dont je suis seule à connaître le poids et l’arête de la douceur puis au-dessus de ce jardin gardé par l’invisible il y eut toi un matin et ce fut finalement l’affaire de peu d’instants la crue d’une épaule dans un brusque élan levant un balcon entre la terre … Continúa leyendo Barbara Auzou – La dame de coeur

Jean-Marc Feldman – Au sang des mots je reviens (2)

Originalmente publicado en l'ANCRe NOMaDe:
2012 / ligne de partage (Acrylique JM Feldman) Au sang des mots les braises des révoltessous la cendrée couvertesjamais complètement éteintesChants en sourdine tricotant des vers aux dents creuseschants en sourdine des échecs nourrisdes regards hautains et putridesfeinte résignationquand baissé est le frontquand l’esprit luiregarde droit Au sang des mots je revienspétri de cette pâte étrangegonflant mes voiles dans les veines de l’exilgenèse de gens simplesinconscient héritage d’ancêtres obstinésou singulière conception de l’airdes ondes et des savoirsqui rend à la pensée toute virginitéquand d’importance on ne se flatte plustant le navire tanguetant l’équilibre de… Continúa leyendo Jean-Marc Feldman – Au sang des mots je reviens (2)

Lisa Pascaretti – Écrire …

Originalmente publicado en Plumes, pointes, palettes et partitions:
« Écrire ! Pouvoir écrire ! Cela signifie la longue rêverie devant la feuille blanche, le griffonnage inconscient, les jeux de la plume qui tournent en rond autour d’une tâche d’encre, qui mordille le mot imparfait, le griffe, le hérisse de fléchettes, l’orne d’antennes, de pattes, jusqu’à ce qu’il perde sa figure lisible de mot, mué en un insecte fantastique envolé en papillon-fée. Écrire c’est le regard accroché, hypnotisé par le regard de la fenêtre dans l’encrier d’argent, la lièvre divine qui monte aux joues, au front, tandis qu’une bienheureuse mort glace… Continúa leyendo Lisa Pascaretti – Écrire …

NIALA LOISOBLEU – EN CORPS

Originalmente publicado en Niala-Loisobleu:
EN CORPS Face à ce soleil congénital l’oiseau monte à hauteur de cet arbre qui de ses cerises garde aux oreilles le fruit de l’amour L’eau bat aux rives la force d’un courant que rien n’a réussi à tarir Et la voix qui a dit je t’aime porte par delà son silence le bleu qui motive à peindre. Niala-Loisobleu – 12 Décembre 2022 Continúa leyendo NIALA LOISOBLEU – EN CORPS

Lelius – Dix ans !

Originalmente publicado en De braises et d'ombre…:
Il y a dix ans, fruit de la naïve prétention de commencer bien tard un journal intime ouvert à tous vents, naissait le blog « Perles d’Orphée » prolongé, quelques années après, par son frère « De Braises et d’Ombre » nourri au même lait saturé d’émotions. Il faudrait renaître une vie pour la peinture, une autre pour la musique, etc… En trois ou quatre cents ans, on pourrait peut-être se compléter. Jules Renard – Journal Par amour des arts, tous les arts, et des œuvres, ainsi que par pudeur – il… Continúa leyendo Lelius – Dix ans !