Jean-Marc Feldman- au sang des mots je reviens

JM-Feldman – Mémoires de terre (acrilique) – 2017

.

Au sang des mots
je reviens
Asséché et dans mes frusques flottant
je reviens

Au sang des mots
ceux du couteau qui taille et scarifie
enlève vernis et croûte
fouille à la racine du cœur
les pousses vivaces et franches
celles qui préparent déjà
le printemps des âges mûrs
quand aux yeux qui se troublent
la matière à l’air se dévoile sans fard
quand aux yeux qui se troublent
juste un soupir suffit

Je retourne au pourpre et au carmin
lorsque l’ombre sur l’éclairage
gagne du terrain
révèle
d’antiques tragédies toujours renouvelées
les salissures
hontes et lâchetés
silences et trahisons
de son écarlate étendue

Je retourne aux lignes que je crus abouties
aux rides des paroles
au goût amer qu’elles laissent
quand ce qu’on croit éternel
fane aux éléments
à l’usure des sens
aux nuits blanches laissées sur le carreau
au chemin de l’âme
soudain nous parle tantôt froid tantôt exaspérant
inaudible

Au sang des mots je reviens
et dans la pénombre
des jours trop lumineux
naissant plus intense
plus terrifiante encore
je veille l’arbre
de sa vigueur nouvelle
reluissant

Au sang des mots les braises des révoltes
sous la cendrée couvertes
jamais complètement éteintes
Chants en sourdine tricotant des vers aux dents creuses
chants en sourdine
des échecs nourris
des regards hautains et putrides
feinte résignation
quand baissé est le front
quand l’esprit lui
regarde droit

Au sang des mots je reviens
pétri de cette pâte étrange
gonflant mes voiles dans les veines de l’exil
genèse de gens simples
inconscient héritage d’ancêtres obstinés
ou singulière conception de l’air
des ondes et des savoirs
qui rend à la pensée toute virginité
quand d’importance on ne se flatte plus
tant le navire tangue
tant l’équilibre de tant de paroles contenues
sur un sol confisqué par des fauves assoiffés
peine à exister

C’est un sang qui palpite fort
rugit dans les artères
vent qui porte à voix tonnante
parle vrai
balaie tout rond de jambe toute violonnade
ébouriffe les dictats
et projette sur les remparts
des lettres écarlates
des langues d’insolence

C’est un vent qui met à la rue
effrontée hors d’elle
toute la soumission

Anuncio publicitario

2 comentarios en “Jean-Marc Feldman- au sang des mots je reviens

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s